Vous êtes ici : Musée des Beaux-ArtsExpositions

Expositions temporaires

Le Musée prend l’air

Découvrez les œuvres issues des réserves du musée des Beaux-arts de Valenciennes, du 18 au 30 avril sur la place d’Armes.

Les réserves du musée foisonnent de richesses acquises depuis des décennies. Toiles, sculptures, orfèvrerie, gravures, autant d’œuvres, trop fragiles ou trop volumineuses pour être exposées aux yeux du grand public.

Cette exposition sera l’occasion de découvrir d’une manière différente des œuvres méconnues, conservées précieusement dans les réserves de notre musée municipal.

Vous pourrez notamment y admirer la statue « Le Faune à l’amphore » de Gustave Crauk, la peinture « Le martyre de St-Etienne » de Pierre-Paul Rubens mais aussi des œuvres des plus emblématiques artistes de Valenciennes comme Jean-Baptiste Carpeaux, Jean Antoine Watteau, Félix Desruelles, Henri Harpignies…

N’hésitez plus un instant, venez découvrir en famille ou entre amis les secrets de votre musée place d’Armes !

Exposition "Figurer l'étendue" de Pascal Pesez

Exposition visible du 1er avril au 28 mai 2017

Découvrez l'univers original et poétique de l'artiste contemporain Pascal Pesez à travers 20 ans de création.

« Celui qui au sommet de l'Etna promène à loisir ses yeux autour de lui, est principalement affecté par l'étendue et par la diversité du tableau. »  Edgar Poe, Euréka, 1848, traduction de Charles Beaudelaire.


Pascal Pesez est peintre. La diversité de ses propositions, passant par la performance, le dessin et la poésie, n’entraîne pas son œuvre dans une pratique de la peinture étendue ou de l’installation picturale. Son objet – son site, pourrait-on dire – demeure l’objet tableau, soit une toile peinte tendue sur un châssis.

Mais le tableau est à entendre ici au sens large, dans toutes ses potentialités de déploiement : un format unique et comme centripète (Noyau, Marges et trophée), deux formats associés où se joue la problématique du passage de l’un à l’autre (Artres summer, Crossing), polyptyques articulés qui parcellisent la vision (Opening), voire un texte, une voix, une présence...

Depuis les années 1990 jusqu’aux tableaux et dessins les plus récents, la présence du corps croise celle de son expansion paysagère. La densité quasi nucléaire des quartiers de viande des débuts a fait place à de vastes étendues parcourues de flux de couleurs comme en dissolution, où se fait jour la tentation du recouvrement et du monochrome. De motif, le corps est devenu mobile. La chair ne figure plus dans cette peinture en tant qu’image, mais l’énergie organique innerve l’ensemble des surfaces, le plus souvent organisées autour d’un axe horizontal, comme des paysages embués d’onctuosités grasses, tavelés de moires bleues ou rosacées, ponctués de gestes nerveux ou caressants.

Par l’effacement des frontières entre intériorité et extériorité, la peinture de Pascal Pesez réactive l’ambition romantique pour laquelle un jeu de correspondances intimes relie organiquement les affects et la perception, les humeurs et la climatologie, le corps et le paysage. Au-delà de ses enjeux formels, cette peinture manifeste et active ces correspondances dans l’expérience du regard. Elle nous informe sur nous même et notre relation au monde.

Elle nous transforme.

Autour de l'exposition

Samedi 1er avril

Mercredi 17 mai à 14h

Visitez l’exposition avec l’artiste puis découvrez en sa compagnie la Galerie/Ateliers L’H. du Siège.
Inscription au 03 27 22 57 20 (places limitées) – Avec le billet d’entrée

Samedi 20 mai

En présence de Pascal Pesez, Dominique De Beir, Natalia Jaime-Cortez, Camille Saint-Jacques, Louis Doucet, Johan Grzelczyk participent à une table ronde animée par Karim Ghaddab.
Ouvert à tous – entrée gratuite

Laissons-nous surprendre par "dessous", performance de Pascal Pesez et d’Esteban
Fernandez au cours de laquelle les mots et les sons s’interpellent, s’accompagnent, forment des boucles, se délient, se télescopent ou basculent en vue de créer un espace et une temporalité propices aux sensations et perceptions fluides, souvent ténues.

1ère Biennale de la création Rubika*

Musée des Beaux-Arts de Valenciennes / 24 juin 2017 – 23 juillet 2017

Entre animation, jeux vidéos et design, entre recherche esthétique et problématiques techniques, l’exposition cherche à mettre en scène l’intemporelle magie de l’art du dessin sous toutes ses formes. Quelle que soit l’évolution des outils, de la table à la tablette, du crayon à la souris, le dessin n’est pas un acte du passé. A l’heure des révolutions numériques, c’est une manière plus que jamais actuelle pour regarder le monde et tenter de mieux le comprendre.

Cette exposition, qui rassemble différentes façons d’appréhender le dessin, l’étude de personnages en deux ou trois dimensions et le travail en volumes (maquettes automobiles, esquisses de personnages et de décors, …), propose une plongée au cœur de la création et de la conception artistique des étudiants de RUBIKA.

Richement documentée et soigneusement présentée, l’exposition retracera les 30 ans d’existence des filières de RUBIKA. La scénographie comprendra une création sonore réalisée en collaboration avec Estéban Fernandez, artiste valenciennois dont la pratique musicale se structure autour de l’analogique, l’acoustique et l’électrique.
Cette exposition est le fruit d’une collaboration entre la ville de Valenciennes et Rubika, école de création numérique à réputation mondiale.
    

*  Depuis sa création en 1987 par la CCI du Grand Hainaut, l’école Rubika s’est distinguée par la mise en place d’une pédagogie innovante et pionnière reposant sur la réalisation de projets en équipe. Cette pédagogie a permis à Supinfocom Rubika, Supinfogame Rubika et l’ISD Rubika de devenir les filières de référence au niveau mondial dans les industries de l’Animation du Jeu Vidéo et du Design.
Dans ce monde, en mouvement, traversé par une révolution majeure, celle du numérique, qui redéfinit fondamentalement les cartes de la relation de l’homme au monde, les attentes et les besoins des entreprises évoluent. Aussi, les connaissances et compétences des étudiants  ne cessent d’évoluer et de se diversifier. L’école les accompagne avec certitude vers les métiers visés, mais leur donne également tout le bagage nécessaire afin d’excelles dans leurs domaines d’activité.